Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 20:50

Pour affichage sauvage, le représentant du Mouvement national d’espérance du Dr Hadef a été verbalisé par la commission judiciaire de surveillance des élections législatives. Il doit verser une amende de 200 millions de Cts.

C’est le deuxième part engagé dans la course aux élections du 10 mais prochain à se faire épingler pour avoir dérogé aux règles régissant les lieux d’affichage. Il semblerait que ce soit le wali de Mostaganem qui aurait pris en flagrant délit les jeunes colleurs d’affiches venus tapisser les murs de la résidence.

Rapidement alerté par le premier responsable de la wilaya, les policiers accourus sur les lieux n’ont eut aucune peine à interpeller les jeunes contrevenants qui furent conduit au siège de la sureté de wilaya et auditionnés. Depuis le début de la campagne, plusieurs partis et certains candidats libres se sont rendus coupables de dépassements multiples.

En effet, des élus locaux, à l’instar du maire de Benabdelmalek Ramdane ou de l’actuel P/APW  n’ont pas hésité à apposer leurs fonctions électives sur les affiches. Ces réactions de la part de la commission de surveillance des élections ont été fortement commentées par les autres candidats en lice, y compris devant les observateurs de l’UE qui viennent d’entamer une série de contact avec les parties en lice.

 Yacine Alim

Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 20:47

Une jeune lycéenne âgée de 18 ans a mis fin à ses jours en se jetant du 3ème étage de l’immeuble de son domicile situé à la commune de Hadjadj, à une quarantaine de kilomètres du chef-lieu de Mostaganem.

Avisés, les éléments de  la Protection civile se sont dépêchés sur les lieux afin de transférer le corps sans vie de la malheureuse vers le service de la médecine légale de l’établissement hospitalier public de proximité de Sidi Ali. Les services de sécurité ont ouvert une enquête pour élucider les circonstances de cette affaire.           

A. Taoui
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 20:56

 À l’aune du 50ème anniversaire de l’indépendance, il serait bon que ce poète timide et conquérant puisse donner un aperçu de son immense talent.

 Le poète Habib Tengour.

Il s’agit d’une compilation de textes rédigés entre 1980 et 2008 et regroupés sous forme d’essais sous le titre générique «Dans le soulèvement Algérie et retours». C’est effectivement de retours qu’il s’agit. En effet, du début à la fin, c’est un regard singulier, tendre, pugnace, admirateur et iconoclaste auquel l’auteur du «Vieux de la montagne» et du «Maître de l’heure» nous invite. Un regard qui ne manque ni de sagesse ni de sagacité. Habib Tengour, sur 172 pages, parle de son pays, de sa ville natale, de sa vie d’errance et d’exil, de ses joies et de ses lectures. Il le fait à travers ses coups de cœur littéraires. Ce sont tour à tour Mohammed Dib, Kateb Yacine, Pélégri, Rimbaud, Sénac, Seféris – le poète de la période des colonels qui firent tant souffrir la Grèce – mais également son coup de foudre pour ses compatriotes Benanteur et Mohammed Khadda, d’irrécusables enfants de Mostaganem que l’auteur dépeint avec une grâce divine.Les éditions «La Différence» viennent de publier le dernier livre du prodige Mostaganémois Habib Tengour.

C’est tellement rare pour être souligné, contrairement aux usages, dans son dernier livre, Habib Tengour conjugue la générosité à tous les temps. Il le fait avec simplicité et douceur. Avec respect, oui, beaucoup de respect envers ses semblables, ses compatriotes et pas seulement, mais surtout envers des gens de sa profession. Page après page, méticuleusement, il parle de ses amis, de ses modèles, de ses repères, qui sait ? L’oraison funèbre de Sénac est une pure merveille, car rédigée dans un style dépouillé et foncièrement humain. Dans «Le figuier et l’olivier», Tengour fait parler l’œuvre de son ami d’enfance, le peintre Mohammed Khadda. En réalité, à travers les peintures de son ami, l’auteur donne un aperçu de son talent de narrateur incomparable tout en restituant les multiples ambiances dans lesquelles les peintures se sont métamorphosés sous «la main de Mohammed qui languit le calame».

Ce faisant, l’auteur nous emmène à travers le temps et les saisons, à travers les chants et les poèmes, à travers les chroniques et les faits divers, sans jamais se lasser, sans jamais nous lasser. Le mois prochain, Habib Tengour ira à la rencontre des étudiants de français de l’université de Mostaganem, il faut juste espérer que, d’ici là, son auditoire aura pris conscience de la place de ce poète anthropologue, sociologue et écrivain dans la littérature mondiale. À l’aune du 50ème anniversaire de l’indépendance, il serait bon que ce poète timide et conquérant puisse donner un aperçu de son immense talent. Mais aussi et surtout réconcilier cette jeunesse avec ses écrivains, poètes et auteurs.

Surtout ceux de langue française, comme Mouloud Feraoun que Tengour réhabilite à travers une relecture de son journal, «texte unique dans la littérature algérienne», à travers lequel «Mouloud Feraoun nous invite à réexaminer la vision mythique de la guerre de libération, à exorciser nos démons en ouvrant grand les yeux sur ce qui n’a rien de diabolique ou d’étranger et qui se terre en nous». Incontournable sujet de dissertation pour un peuple qui n’a que trop souffert de ses silences.               

Yacine Alim
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 19:17

 

La plage de la coquette bourgade balnéaire de Petit Port, à 5 km au nord de

petit-port.jpg

Sidi Lakhdar, le chef lieu de commune, vient d’inaugurer une superbe et spacieuse esplanade. D’une superficie de 3.000 m2, cet espace vient à point nommé embellir une grande partie du front de mer. Surplombant la principale plage de la cité, l’esplanade a été exécutée de fort belle manière tout en offrant une vue imprenable sur la grande bleue. Tout juste en bas du mur de soutènement, le sable fin s’étale à perte de vue.

De plus le choix du site s’avère très judicieux en raison de sa situation excentrée par rapport au village, ce qui le met en principe à l’abri de toute convoitise. Accoudée à la dune naissante que parsèment de courageux genévriers de Phénicie, cette esplanade prolonge harmonieusement l’arrière pays. En effet, sur son flanc sud, aucune habitation ne vient importuner ni la forêt ni le maquis. L’endroit est généralement réservé à l’accueil des camps de toiles où viennent se croiser les familles de l’intérieur du pays. On apprend auprès du directeur de l’urbanisme que l’étude est l’œuvre des ingénieurs et techniciens de la DLEP, ce qui donne un aperçu des capacités cachées de l’administration locale. Car il est de notoriété, comme le soulignera un technicien rencontré sur le site, que si l’étude avait été confiée à un organisme extérieur, nul doute que le projet aurait pris une tout autre tournure et aurait certainement couté plus cher au trésor public. Un avis que partagent sans réserve de nombreux citoyens venus assister à l’inauguration de l’ouvrage par le wali de Mostaganem. Conçue dans un style à la fois sobre et dépouillée, l’esplanade de petit Port n’a pas manquée de séduire les visiteurs. Confié à deux entreprises privés, l’esplanade et le mur de soutènement auront mobilisé ouvre 2.969.512,65 DA et 5.369.130;00 DA respectivement, soit un cout global de 8.338.642,65 DA. La durée des travaux a été de 3 mois pour le mur de soutènement et de 45 jours pour le bitumage de l’esplanade. Livrée à moins de 2 mois de la saison estivale, cette esplanade devrait faire des jaloux chez l’ensemble des cités balnéaires de la wilaya qui s’en trouvent parfois démunies, d’autant que des plages comme les Sablettes, Ouréah, Stidia ou Sidi Mejdoub ont vu leurs façades maritimes respectives défigurées par corniches d’une rare mocheté. Ici, nulle fioriture ni matériaux onéreux comme les fers forgés et le dallage, mais seulement un joli revêtement aux couleurs chatoyantes. Il reste à espérer que l’endroit ne soit pas squatté par des commerces informels si prompts à s’accaparer le moindre espace.

Yacine Alim el watan

Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 15:11

LES LISTES DU FLN AUX LEGISLATIVES ET "LES EXCEPTIONS" DE BELKHADEM

Abdelaziz Belkhadem, a rejeté la candidature de tous les membres du bureau politique, excepté quatre éléments : trois ministres et une parlementaire. Les candidatures retenues sont celles d’Amar Tou, ministre des Transports, Rachid Harraoubia, ministre de l’Enseignement supérieur, Tayeb Louh, ministre du Travail, et Habiba Bahloul, députée de Constantine. Ces "exceptions" ont été très mal accueillies par les membres du BP.


L’actuel président de l’APN, Abdelaziz Ziari, qui a conduit la liste d’Alger en 2007 obtenant 10 sièges sur les 35 existants, est totalement écarté. Selon notre source, la décision est venue d’en haut. Aucune raison de cette surprenante exclusion n’a cependant été avancée. Le  sort du trublion Abdelhamid Si Affif , ne conduira pas la liste  à Mostaganem. A M’sila, le ministre de l’Agriculture, Rachid Benaissa, est éjecté de la liste sous la pression des cadres militants. Djamel Ould Abbès n’est candidat nulle part. Il semble vouloir décrocher plutôt un poste d’ambassadeur dans une capitale européenne. Les listes des autres wilayas semblent, en revanche, validées sans grands couacs. Ainsi, Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, est tête de liste à Bordj Bou-Arréridj, Amar Tou, ministre des Transports, à Bel Abbès, Tayeb Louh, ministre du Travail, à Tlemcen, et Hachemi Djiar à Boumerdès. Les redresseurs dirigés par Salah Goudjil, définitivement exclus de ces listes, comptent déposer leurs propres listes dans 24 wilayas. 

LES MEMBRES DU BP DENONCENT ET SI AFIF MENACE ! 
Cette décision prise par le SG du FLN ,n’a pas été du gout de la plupart des membres du bureau politique et les choses s’annoncent mal au FLN. L’exclusion de la majorité des membres du Bureau politique (BP) de la course à la députation risque de porter un coup dur à l’ex parti unique, déjà fragilisé par un mouvement de redressement né au lendemain du neuvième congrès. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a rejeté la candidature de tous les membres du bureau politique, excepté quatre éléments : trois ministres et une parlementaire. Ces "exceptions" ont été très mal accueillies par les membres du BP.  Cependant Abdelhamid  Si Afif, député de Mostaganem , président de la Commission des affaires étrangères à l’APN, a dénoncé et contesté clairement la décision de M. Belkhadem. « Au départ, nous avons accepté la décision de Belkhadem de retirer les candidatures de tous les membres du BP, mais à notre grande surprise, ce dernier a décidé d’accorder des dérogations à quatre personnes sans fournir de motif valable », explique t il  à TSA.  Avant de s’interroger : « sur quelle base a t il agit  pour repêcher les uns et refuser les autres ? La compétence ? J’ai prouvé ma capacité au parlement et au sein du parti. Les diplômes ? Je suis diplômé. L’engagement au sein du parti ? Je siège au BP, cela prouve que j’ai beaucoup donné au parti ». Selon lui,  la même colère est ressentie par « plusieurs cadres dirigeants du parti ». «  Je suis  un militant. Ma fonction est d’exercer la politique. À partir de cette date, je vais devoir réajuster ma politique au sein du parti », menace-t-il. Mais sans en dire davantage sur ses intentions. 

Riad
Mardi 27 Mars 2012
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 11:10

 

Décès de notre Frère Chacha El Hadj de Sidi Ali 

CONDOLÉANCES


 

Toute  sidi ali  est très affectée par le décès de notre frère et ami Chacha


El Hadj (ex officier de police) .


J'ai l'immense douleur de vous faire part du décès de notre Frère et ami

M. Chacha El  Hadj  de Sidi Ali survenu  Le vendredi 16 mars 2012 . 
Je remercie tous ceux qui ont partagé leur douleur et demandent à tous ceux qui l'ont connu, d'avoir une pieuse pensée à sa mémoire.
Que Dieu, le Tout-Puissant, l'accueille en son Vaste Paradis.
Je présente à 

A toute la famille Chacha à Ahmed, Benyamina, Mohamed, El


Miloud ainsi qu'à toutes les familles proches et tout Sidi ali en


général.

Mes  sincères condoléances.
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 21:54

La pomme de terre à 20 dinars la pièce à Mostaganem..!
Au marché local de l'Ain Sefra, les malheureux n'en revenaient pas de voir le kilogramme de pomme de terre atteindre les 100 dinars, certaines affirmaient que c'est de la pure folie, les autres ripostaient que c'est du vol flagrant, mais la patate continuait de se céder à 20 dinars la pièce. Selon un client, les 05 pièces de pomme de terre qu'il porte au sein de son sac lui ont bien couté 100 dinars, alors qui dit mieux et qui freinera l'ascension du prix de ce tubercule, autrefois légume préféré et fortement prisé par les citoyens aux bas revenus ? Malheureusement, la reine est devenue hors de la portée des leurs  petites bourses. A présent, ils se sentent bien obligés de se rabattre sur le pain et le lait encore à des prix abordables...!         
                             

Mohamed El Amine du J Réflexion 
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 14:28

Le centre d’enfouissement technique qui devait voir le jour du côté de la sortie est de la ville et dont les travaux ont débuté il y a quelques jours vient de connaitre un brusque coup d’arrêt suite à la contestation des citoyens de la ville.



Les citoyens protestent contre l’emplacement du centre d’enfouissement technique à Sidi-Ali
En effet, des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la chaussée et ont bloqué la route jusqu’à l’intervention des responsables locaux. Ces mêmes citoyens, qui revendiquent l’arrêt des travaux concernant le nouveau centre d’enfouissement technique,  n’ont pas été convaincus  par le discours du directeur de l’environnement, qui avait promis, il y a quelques jours de démontrer que ce site ne constituait pas une menace pour l’environnement et pour la santé des citoyens. Ce responsable qui devait démontrer que ce risque n’existait pas et qui avait déclaré cela à la radio, d’après des citoyens sur place, ne l’a pas fait et donc cela laisse un doute quand à l’éventualité que ce site ne constitue pas une menace pour les riverains. L’entreprise chargée des travaux a été sommée par les responsables locaux d’arrêter les travaux et voila un projet de plus qui va capoter à cause de certains choix qui laissent à désirer et surtout à cause de l’exclusion et de la négligence d’un partenaire primordial pour le développement, le citoyen ! 
Justement, les directives de l’Etat vont dans ce sens alors que les responsables et les élus à tous les   niveaux de la hiérarchie, ne semblent pas prendre cela au sérieux et s’entêtent  à tenir à l’écart le citoyen sur certaines décisions prises de manières irréfléchies, et ne veulent toujours pas travailler en étroite collaboration avec la société civile pour sortir le pays de cette situation invraisemblable. On ne sait pas combien, il faudrait de grèves et de contestations…pour que le dialogue s’installe une bonne fois pour toute.   


Mihoub J.reflexion
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:36

Les jeunes à Sidi-Ali ne croient plus aux fausses promesses et le dialogue semble rompu entre les responsables locaux et cette jeunesse, qui ne demande qu’un droit pourtant garanti par la législation. Malgré les efforts de l’Etat, les dysfonctionnements qui se sont ancrés dans notre administration vouent à l’échec, tout ce qui a été entrepris pour justement éviter cette grogne, qui ne cesse de s’amplifier. Les jeunes semblent désabusés et ne veulent plus attendre, c’est pourquoi dans la matinée du lundi 6 mars 2012, ils ont décidé de fermer le siège de l’agence de l’emploi de Sidi-Ali. La plupart des jeunes diplômés attendent depuis des mois de nouveaux postes de travail, malheureusement il n’y a plus de recrutement depuis quelques temps, mis à part quelques pistonnés, disent-ils, qui ont des gens bien placés dans l’administration. La situation a duré durant toute la journée et les jeunes ont maintenu le blocus malgré l’intervention de quelques responsables. Le dialogue semble être rompu entre les deux* parties et cette situation est due à des années de rejets, de négligence et de mépris à l’égard de cette masse juvénile, qui a rarement  été prise en considération. C’est aussi les conséquences du favoritisme et du recrutement inapproprié, les passes droits et la corruption, qui ont miné l’administration en général. Les compétences ont été mises de côté au profit de ceux qui ne pouvaient apporter un plus, et beaucoup de jeunes accusent certains responsables de favoriser la gente féminine, beaucoup ne possèdent aucun bagage mais sont arrivés à décrocher des postes, parfois clés. Il est temps disent-ils d’instaurer une justice sociale pour mettre fin à ce genre de dépassement, qui ont mené à la rupture du dialogue.     


Mihoub JOURNAL REFLEXION
Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 08:53

Orphelins de Sidi Ali


Le destin les endeuille, la pauvreté les frappe cruellement


Aidons-les, Joignez-vous à nous


Objectifs de l’association :
• Aide financière et matérielle
• Aide aux démarches administratives
• Consultations médicales et dentaires dispensées
• par nos praticiens bienfaiteurs
• Assistance aux élèves présentant des difficultés dans leur scolarité
• Aide au placement dans les centres d'apprentissage.
• Colonie de vacances

Nombre d’adhérents : 53 personnes
Membres du bureau
1. M. Kribi Aissa (Président)
2. M. Bellakehal Ali (Vice-Président)
3. Mme Chaouche (Trésorier)
4. M.Moumène Abderahmane(Secrétaire)
5. M. Fitas Abdellah (Assesseur)
6. M. Si Afif Abou Bakr (Assesseur)
7. Mlle Bouattou (Assesseur)
8. Heroual Safi

P260811_14.250002.JPG

Repost 0
Published by sidi-ali - dans sidi-ali
commenter cet article