Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 00:10


Ce qui est tout à fait normal dans ce genre de commerce informel, lequel semble avoir encore de beaux jours devant lui. Les campagnes d’éradication de ces espaces traînent et tardent à porter leurs fruits, freinées par le manque de volonté et de détermination des autorités
locales, mais aussi encouragées par les consommateurs qui y trouvent leur compte. Pourtant, comme nous l’explique cette femme, mère de trois enfants, tous scolarisés,
«les prix ne diffèrent pas tellement de ceux des librairies».
Prix en hausse
Pour l’année 2008/2009, une augmentation des prix est à relever sur pratiquement tous les articles. Légère ou importante, c’est selon. «Cela est dû à l’augmentation du
prix du pétrole», expliquent des vendeurs. Les prix diffèrent aussi d’un magasin à un autre. D’un sac à dos de 200 DA, au marché «t’nnach» de Belouizdad, à celui de
650 DA dans une librairie à Alger-centre, et à 3 390 DA dans le magasin de la marque «Techno» à la rue Larbi Ben M’Hidi. «C’est selon la qualité», affirment d’autres vendeurs. Dans un même magasin, comme celui de «Techno», on peut trouver le même produit à plusieurs prix. C’est selon sa qualité et son emballage. Ainsi, les compas oscillent entre 35, 75, 115, 120, 140 et 195 DA,
voire plus. Ce magasin impressionne par sa bonne organisation et la bonne qualité de ses produits, mais aussi par la cherté des prix affichés. Cela paraît tellement
excessif pour les petites bourses. Une boîte de crayons de couleur à plus de 800 DA ! Et pourtant, les clients ne s’y font pas désirer. «Je n’ai qu’un seul enfant. Il a 21 mois.
Je l’ai inscrit dans une école privée», confie l’un d’eux, cadre supérieur dans une entreprise privée. L’homme fait le tour de toutes les rangées de la superette afin de dénicher les meilleurs produits pour son fils. Le même comportement est adopté par les autres clients,
apparemment fidèles pour l’importateur «Techno» qui «veille à la bonne qualité de tous les articles». C’est «Techno» qui choisit l’emballage, d’après l’un de ses
employés. Ailleurs aussi, dans les marchés informels, les petits magasins et autres librairies, «la qualité se discute et les prix aussi». Les vendeurs confirment l’augmentation
des prix par rapport aux années précédentes, «à cause du pétrole». Est-ce, toutefois, une raison pour dissuader les parents de les acheter ? «Ils sont contraints d’acheter. Ils ne vont tout de même pas envoyer leurs enfants à l’école avec des cartables vides», répond l’un d’eux. «Ne vous
inquiétez pas ! Ils se débrouillent très bien. De toute façon, il y a les 2 000 DA octroyées aux familles démunies, l’octroi gratuit des manuels scolaires… et le couffin du Ramadhan», réplique un autre. Interrogés sur le budget du trousseau scolaire, les vendeurs le situent entre 1 500 et
6 000 DA. «C’est selon les goûts et les moyens financiers de chaque famille», soutiennent-ils.
Meilleure gestion du manuel scolaire Aussi, avons-nous remarqué cette année, les manuels
scolaires ne se vendent pas dans le marché informel. Du moins pour le moment. «C’est plus serré cette année», déclare un représentant de l’ONPS dans son point de vente
situé à la rue Zighoud Youcef. Le jeune homme fait remarquer que cette année «les gens ne font plus la queue pour le manuel scolaire. L’année dernière, nous avions du mal à faire face à la demande. C’était difficile d’instaurer la discipline aux parents et à leurs élèves. Traiter avec le
public n’est pas du tout chose facile». Les prix restent tout de même assez élevés. Trop élevés pour les bourses moyennes. Un total de 1 103 DA pour un élève de 1re année primaire, 1 984 DA pour un collégien et près de 3 000 DA pour un lycéen. Heureusement que le ministère
de l’Education nationale a décidé de distribuer gratuitement ces manuels aux enfants issus de familles démunies, et 2 000 DA. Cette aide arrivera-t-elle à destination au bon moment ? Attendons la rentrée pour
en savoir plus.

 K. M.

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires