Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 00:09

Plus d’une centaine de fellahs maraîchers de la région de Aâchaâcha se sont retrouvés, lors d’une journée de vulgarisation animée par la chambre de l’agriculture et l’INPV. C’était à l’occasion de la Journée nationale de la vulgarisation agricole, dont la concrétisation aura été légèrement décalée en raison des fêtes de l’Aïd.
C’est donc au niveau du centre culturel de cette grande commune rurale de la région du Dahra que les maraîchers, spécialisés essentiellement dans la culture de la tomate, auront été regroupés pour écouter des interventions sur la lutte contre la mineuse de la tomate, connue sous le nom générique de « Tuta absoluta », dont l’apparition au niveau des serres de tomates avait provoqué des dégâts considérables sur cette culture. La première communication fut à l’actif de Abdelhalim Drias de l’INPV d’Alger qui aura axé sa conférence sur les actions menées par cet institut national ainsi que ses attributions dans la lutte contre les fléaux de l’agriculture.

L’intervention d’une longueur excessive ne se justifiait que parce qu’elle introduisait parfaitement la seconde conférence relative à la biologie de « Tuta absoluta », à la genèse de son apparition dans cette région et sur les moyens et les perspectives de lutte afin de contenir, à défaut d’éradiquer ce fléau ravageur. C’est Amel Ababsia, la responsable du service entomologie de l’INPV, qui parlera avec rigueur de ce nouveau parasite de la tomate dont l’apparition en Algérie est signalée pour la première fois durant le printemps 2008, précisément dans les cultures sous serres de la région de Aâchaâcha.

Les moyens et les perspectives de lutte

Parfaitement construite à l’aide de diagrammes et de photos fort expressifs, l’intervention suscitera l’admiration des présents qui ne manquèrent pas de poser de nombreuses questions, notamment celles relatives aux moyens de lutte tant chimiques, par le recours aux insecticides, que biologiques, soit par le recours à un entomophage dont l’importation depuis l’Espagne serait imminente. Intervenant lors du débat, le représentant du recteur de l’université de Mostaganem rappellera que ce sont les chercheurs du cru qui ont permis l’identification de ce parasite.

Il soulignera également la disponibilité totale de l’université afin d’accompagner les fellahs dans leur quête d’une agriculture durable. A l’intention des cadres de l’INPV, il dira la disponibilité de l’instance universitaire à soutenir les actions tendant vers une meilleure maîtrise des techniques de luttes intégrées, qui peuvent faire l’objet d’un soutien multiforme de la part des chercheurs et des étudiants. Pour les fellahs, très sceptiques au demeurant, l’introduction de la lutte biologique ne semble pas faire beaucoup d’adeptes.

Pour preuve, cet engouement inqualifiable sur la copie de la liste des insecticides remise par les fonctionnaires de l’INPV. Ceux-là mêmes qui venaient vanter les mérites d’un entomophage dont le lâchage dans la région sera financé par l’Etat. Car tous les présents ne retiendront de ce parasite que sa voracité extrême et ses ruineuses conséquences sur leurs champs de tomates.

Par Ali Tlemçani

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires