Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 00:07

Anecdotes. L’homme derrière le maître

Voici quelques anecdotes et souvenirs concernant le grand maître du chaâbi qui rappelleront à certains d’agréables souvenirs et permettront à d’autres de découvrir quelques facettes de sa personnalité.

Secrète générosité

Les gens qui ne connaissaient pas véritablement El Hadj lui ont collé une réputation de pingre prenant par exemple au sérieux ses « taquineries » envers S. Abdallah le vendeur de légumes, situé alors en face de son café. Il était en réalité très généreux mais dans le secret. Il avait pour habitude de remettre régulièrement à une personne de confiance une certaine somme pour la donner à des nécessiteux qu’il désignait et sans que son nom ne soit cité.

Avec Kateb Yacine

En 1966, lors de la célébration d’une circoncision, El Hadj M’hamed El Anka, qui animait la fête, rencontra Kateb Yacine, qui l’avait un jour qualifié d’Himalaya. Ils se congratulèrent chaleureusement et le cheikh lui demanda qu’est-ce qu’il avait écrit récemment. Kateb Yacine lui répondit humblement qu’il était justement venu chercher l’inspiration en l’écoutant.

Son maître cheikh Nador

Dans un entretien avec Bendaamèche en 2006 sur les ondes Chaîne III, Rachid Guerba, chef de l’orchestre national andalou et docteur de l’Ecole nationale de musique de Paris, a déclaré : « El Anka a dépassé le maître, il est un génie et ne doit rien à Nador. Pour le cerner à sa juste mesure, il faut lui consacrer plusieurs émissions. »

El Biar ou les puits

El Anka avait pris en gérance l’ex-Cercle de l’équipe de football, la JSEB, à El Biar, à la fin des années 1960 jusqu’aux environs de 1974 (si ma mémoire ne me trahit pas). Cette période demeure pour les anciens elbiarois leur meilleur souvenir. Les anecdotes pullulent. La phrase prononcée, un jour à El Biar, par El Hadj M’hamed El Anka, excédé par les manigances de certains, et que tous les elbiarois vous répéteront est : « J’étais fi bir (dans le puits) et je me retrouve aujourd’hui fi el biar (plusieurs puits) ». Cette phrase a dû être lâchée après qu’il eut été excédé par le comportement de personnes malintentionnées et intéressées par le local, qui complotaient pour l’inciter à partir. Dans le cours de cela, on lui demanda un jour de s’acquitter, sans délai, du loyer. El Anka rétorqua avec un sourire que deux représentations suffiraient à réunir le montant réclamé. En fait, en une soirée, il récolta bien plus que ce qu’on lui réclamait. Grand seigneur, il remit la totalité en disant « Gardez tout ! » et quitta définitivement le dit Cercle.

Coup de cœur pour la JSEB

Dans ce quartier, El Anka s’est lié d’amitié avec les frères Soukhane, grands footballeurs, qui l’accompagneront dans tous ses déplacements. Il eut un coup de cœur pour le club local qu’il supporta à fond, même lorsque celui-ci, à la surprise générale, élimina de la Coupe d’Algérie le Mouloudia d’Alger (on notera qu’avant l’indépendance, la JSEB avait éliminé aussi le stade de Reims en Coupe de France).

Petits accrochages

Les démêlés avec le chanteur Souki, qui avait la réputation de trop coller El Anka, sont une légende à El Biar. El Hadj lui fera regretter, un jour, amèrement d’avoir pris son mandole sans qu’il le sache. Mieux vaut s’arrêter à ça pour Souki.

Ceux qui savent

Yahia le boucher et Louail Mustapha, l’un des préférés d’El Anka, connaissent mille et une anecdotes sur sa vie à El Biar. Peut-être un jour aideront-ils à mieux cerner la personnalité de ce géant de notre histoire culturelle ?

Par Mohamed Benrebiai

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires

Saadi Ali 28/01/2009 11:44

Ce même auteur a fait un excellent article sur le maître El Anka sur El Watan et Midi Libre. Qu'il en soit remercié, tant d'autres ont oublié notre phénix. Ali 

djilali 05/12/2008 09:27

Chaabi, c'est une culture, un art, un svoir vivre amis il ne faut pas oublier les autres cheikh Djillali, Chiekh Moh et les autres....
bonne écoute

kader 04/12/2008 09:05

quelles sont délicieuses ces anecdotes du maestro du châabi ! On veut mieux connaître celui qui a marqué tant de générations.