Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 00:05

La délinquance en recrudescence
A la différence du fléau de la délinquance routière, en évolution relativement stable, les annales de
la criminalité à travers la wilaya de Mostaganem révèlent une sensible recrudescence des délits constatés au titre des dernières années 2007 et 2008.
Concrètement cela s’est traduit par un «bond» global de 4.761 à 5.252 affaires successivement traitées par les services de la Sûreté de wilaya, pour ce qui concerne les gros centres urbains, et de la Gendarmerie nationale ayant compétence sur le reste du territoire de la wilaya. A commencer par les vols, les CBV (coups et blessures volontaires), les rixes et les agressions, le crime et la délinquance contre les personnes demeurent particulièrement prédominants.
Davantage en milieu urbain qu’à travers la campagne, les deux premiers délits, versant parfois dans le crime, prédominent de loin, sur le «hit-parade» de la criminalité. Les vols, en nombre d’affaires enregistrées, ont presque doublé en rase campagne.
En ville, ce sont 307 affaires supplémentaires qui y ont été traitées, et c’est l’implication remarquablement croissante des mineurs dans ces vols qui inquiète le plus. Parmi 1.035 individus interpellés en 2007 dans ce cadre, 60 présumés coupables n’avaient pas atteint l’âge de la majorité. L’an suivant, cet effectif de mineurs culminera à 128 adolescents incriminés !
L’autre vol qui semble prendre une ampleur devant susciter l’inquiétude, est celui des véhicules. 32 puis 41 affaires en ont été traitées par les services de la police. Les individus présumés coupables, y ayant passé de 26 à 12 prévenus impliqués, révèlent l’agissement en «bandes organisées» des criminels. Pour leur part, les services de la Gendarmerie nationale ont traité 21 affaires et récupéré 3 véhicules volés durant l’année 2008.
Considéré sous l’angle du sexe des délinquants, en milieu rural, le fléau est à hauteur de 98% «l’oeuvre » des hommes. En zone urbaine, la gent féminine est passée de 183 femmes impliquées en 2007, à 231 prévenues appréhendées l’année suivante, soit un rapport ayant grimpé de 5,7% à 6,8% de l’effectif délinquant arrêté durant les deux années considérées.
En ce même milieu «citadin», la proportion des mineurs incriminés dans les affaires criminelles et délictuelles est passée, quant à elle, de 4,9% à 6,9%. Un «sinistre» gain de 2% qui devrait donner à réfléchir !
Répartis selon l’âge, la fourchette des 18-28 ans, suivie de celle des 29-40 ans, se démarque nettement à hauteur de quelque 60% des coupables ou présumés tels appréhendés.
«L’oisiveté est mère de tous les vices». Les statistiques des services de sécurité confirment la véracité de l’adage par la structure socioprofessionnelle des délinquants et criminels.
Le premier rang du «contingent» de la délinquance et du crime, se constitue d’individus qui
n’avaient aucun emploi au moment de leur appréhension. Par ordre décroissant de l’importance
de l’implication, on relève les catégories des journaliers, des employés administratifs et enfin les
étudiants ou assimilés.
L’infraction du pillage de sable a connu une significative régression; de 57 affaires traitées en 2007, on n’en a dénombré que quinze affaires durant l’année suivante. Une tendance «positive» qui caractérise également l’infraction du forage illicite, qui était largement «tentée» au niveau du plateau de Mostaganem, et contre laquelle les services de la Gendarmerie nationale ont dû mener une lutte implacable. Aujourd’hui, le triste constat est établi. Reste aux psychologues, sociologues mais surtout politiques de tirer les conclusions de l’analyse du phénomène.
M. Belarbi

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires