Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 00:05

La Journée internationale de la protection des zones humides a été instituée le 2 février 1997, après avoir été débattue en Afrique du Sud, à Johannesburg, en 1971, année réservée aux zones humides et sur la manière de les gérer. La célébration de cette journée intervient pour répondre aux orientations de la conférence de Johannesburg et également pour renforcer la Convention internationale sur la protection et la préservation des zones humides, reconnue par la Convention «Ramsar», laquelle a été approuvée en Iran par 119 pays en 1971.
Cette convention a pour objectif de protéger les zones humides dans le monde, englobant 6% de la surface du globe terrestre et représentant plus de 1.000 zones. Aussi, l’exploitation durable de ces ressources est inhérente à la préservation et à la protection des marécages. Actuellement, des études et des recherches sont en cours pour dynamiser la stratégie internationale de nombreux pays pour la protection des zones humides avec la coopération des instances gouvernementales et des ministères.
Certains pays, parmi lesquels la Chine, vont mettre, à partir de 2010, à la disposition de l’instance internationale 50% de zones humides naturelles et 70% de zones humides principales, pour éviter l’amenuisement de la superficie et maîtriser ses fonctions.
En 1997, au cours de la célébration de la journée internationale, les instances gouvernementales et non gouvernementales et la société civile ont organisé plusieurs activités pour sensibiliser la société de l’importance, sur le plan écologique, des zones humides qu’il faut protéger. L’Algérie est concernée par la convention puisqu’elle possède 48 zones humides, ce qui lui permet de se classer à la 3ème place en Afrique et à la 8ème dans le monde. Ce faisant, notre pays a inscrit une politique spéciale pour ses zones réparties à travers plusieurs wilayas, à l’image de la zone de Macta qui occupe une superficie de 23 000 hectares, s’étendant sur trois wilayas (Oran, Mascara et Mostaganem).
Selon, le représentant des forêts, une carte a été établie et transmise à la Direction générale des forêts pour intégrer cette zone et lui donner une importance particulière en vue de protéger les oiseaux migrateurs et autres espèces animales vivant dans cet espace naturel.
S.B

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires