Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 00:00

Cinq gardes communaux assassinés à Khenchela 22/06/2009
18 gendarmes et 2 citoyens tués à Bordj Bou Arréridj 18/06/09
Trois gendarmes sur les cinq assassinés inhumés à Mascara 22/05/09

Les habitants de Mascara plus précisément des communes de Tighennif, Oued El Abtal et Sidi Kada étaient en deuil, ce jeudi, suite à l’assassinat des cinq gendarmes de la brigade de la gendarmerie nationale de Ouled Antar, à 70 km au sud de la wilaya de Médéa, par un groupe terroriste dans d’une embuscade meurtrier, tendu dans la matinée du mercredi dernier

Parmi les gendarmes succombés dans cette embuscade, trois originaires de la wilaya de Mascara où leurs dépouilles ont été rapatriés, dans l’après midi de ce jeudi, par les services de sécurité à bord d’un avion atterrit à l’aéroport de Ghriss (Mascara). Il s’agit de Boushaba Lakhdar, chef de brigade de la gendarmerie de Ouled Antar, né en 1968 et père de 3 enfants. Il est originaire de la commune de Ouled El Abtal, à 65 km au sud de Mascara. Ainsi du gendarme Yahyaoui Abdelkader, âgé de 36 ans, père d’un enfant et résidant dans la commune de Tighennif, à 20 km de Mascara, et du gendarme Dahmani Amine, âgé de 21 ans, célibataire de son état résidant à Sidi Kada, à 20 km au sud de Mascara. Les victimes ont été inhumés, dans l’après midi de ce jeudi, chacun dans sa localité. Les cérémonies d’inhumation se sont déroulées en présence d’une foule nombreuse de citoyens.

Par A. Souag

Cinq gardes communaux assassinés à Khenchela 22/06/2009

par A. Zerzouri

Cinq gardes communaux ont été tués tôt, dans la matinée d'hier, dans une embuscade tendue par un groupe terroriste au lieu-dit «Siar», relevant de la commune de Chechar, dans la wilaya de Khenchela.

Selon des sources sécuritaires, les victimes ont été surprises par des tirs de feu nourris alors qu'elles se rendaient à pied à leur poste de travail dans cette région montagneuse.

Une fois leur forfait accompli et avant de disparaître dans les monts boisés environnants, les terroristes ont emporté avec eux les armes des 5 gardes communaux assassinés, signale-t-on encore.

Aussitôt alertés à la suite de cet attentat terroriste, les forces combinées de la lutte antiterroriste se sont lancées à la poursuite des auteurs de cette attaque, et un vaste ratissage a été déclenché.

Cette embuscade intervient 5 jours à peine après l'attaque meurtrière de Mansourah, à Bordj Bou-Arréridj, au cours de laquelle 18 gendarmes et deux civils ont trouvé la mort.

Vraisemblablement, cette attaque avait pour but de desserrer l'étau autour de terroristes traqués par les forces de sécurité dans la région de «Boudoukhane», où un important ratissage est mené.

Selon des sources sécuritaires, l'adoption par les groupes terroristes d'une stratégie de «l'attaque surprise», pour causer autant de dégâts, et s'en sortir avec peu de pertes, s'explique par une réduction considérable de l'effectif des terroristes, qui n'ont plus la même capacité de nuisance d'antan, affaiblis qu'ils sont par les coups de boutoir de l'ANP et autres services de sécurité, et la saignée vécue avec le dispositif de réconciliation nationale.

Pour rappel, 120 terroristes ont été abattus par les forces combinées entre le mois de septembre 2008 et mars 2009, 322 autres ont été arrêtés, 22 se sont rendus aux services de sécurité, et 150 armes récupérées, selon un bilan rendu récemment public par le ministre de l'Intérieur.

Terrorisme : 18 gendarmes et 2 citoyens tués à Bordj Bou Arréridj

La patrouille de gendarmerie assurant la sécurité du convoi des travailleurs chinois, chargés d’une partie de l’autoroute Est-Ouest, est tombée, jeudi, vers 19h45, dans une embuscade. Ayant sans nul doute bien préparé leur coup, les terroristes dont le nombre oscillait, selon des témoins oculaires, entre 30 et 40 individus, ont attaqué à l’aide de lance-roquettes (RPG) les deux 4x4 Toyota.

La première ainsi que la dernière voiture du convoi composé de 6 Land-Rover, ont été foudroyées par la violence de l’explosion. Avant d’ouvrir le feu et d’achever leur sale besogne, les terroristes, qui veulent frapper un grand coup, barrent les deux extrémités de la route à l’aide de deux semi-remorques. Un des chauffeurs de ces engins est tué sur le champ. Embusqués aux abords de la RN5, au lieu-dit Oued Qassir, situé à 3 km de Mansoura, chef-lieu de daïra distant d’environs 30 km de Bordj Bou Arréridj, les terroristes onr actionné leurs armes. Surpris par une telle attaque qui s’est produite dans un virage boisé, 18 gendarmes périssent sur le champ. Blessés, 3 d’entre eux ont été évacués vers l’hôpital militaire de Constantine. Avant de prendre la fuite vers des directions inconnues, à bord, nous dit-on, de plusieurs véhicules de citoyens qui empruntaient au moment de ce drame la RN5, les terroristes ont tué, puis égorgé un jeune gardien de prison de Batna. Les bourreaux ont emporté les armes et les effets vestimentaires des victimes. Une jeune femme et 2 autres citoyens ont été quant à eux blessés dans cette embuscade, la plus meurtrière, jamais enregistrée dans la région. La zone a été bouclée depuis par un important dispositif sécuritaire. Aidés par des avions, des unités de l’armée ont entamé depuis hier un vaste ratissage. Soulignons qu’aucune perte n’a été enregistrée parmi les travailleurs chinois. L’on apprend par ailleurs qu’un corps d’un des assaillants se trouve depuis hier dans la morgue de l’hôpital de Bordj Bou Arréridj.

Rappel

L’attaque perpétrée jeudi par un important groupe de terroristes est sans nul doute un signal des groupes armés en perte de vitesse, d’autant plus que les services de sécurité , notamment les unités de l’armée et de la gendarmerie activant aux Bibans, ont ces derniers temps, infligé de lourdes pertes aux bandes terroristes qui écument le nord-est de la wilaya, connu pour son relief accidenté, situé à proximité des zones montagneuses de Sétif et Béjaïa où se réfugient le plus souvent les groupes armés, lesquels ont perdu dernièrement de nombreux éléments ,abattus par les services de sécurité à Beni Ougag, commune de Bendaoud et au niveau de la forêt de Bougten, située à une quarantaine de kilomètres de BBA, faisant jonction avec la wilaya de Béjaia, où quatre terroristes du GSPC ont été abattus en avril dernier.

Par Kamel Beniaiche

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires

bencherif 23/06/2009 14:38

je pense qu'il y a un accord entre l'Algérie et la France pour ne pas donner plus d'échos en France. Par contre il faut être prudent quand on fait beaucoup de pub pour ce genre d'infos.