Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 00:00

Blocage administratif incompréhensible
Retour au pays pour investir ? À quel prix ?
Par : HADJ-SAID Mohamed

Suite à ma première requête que je vous ai adressée, Monsieur le président de la République, en 2007, j ai reçu une suite défavorable à mon courrier qui a été traité par vos services malgré que j’ai bien expliqué et exposé de A à Z mon problème. Je suis émigré en France où j’ai entendu un discours du président de la République qui demande à ses compatriotes algériens et algériennes émigrés d’investir dans leur pays qui est l’Algérie, notre Patrie. J’étais attiré par cette invitation où j’avais déjà mon entreprise en France que j’ai abandonnée pour consacrer plus de temps dans mon pays et créée ma nouvelle entreprise en Algérie (à Aïn Témouchent) dans le domaine de la promotion immobilière.
Comme j’ai constaté que dans ma ville natale et d’autres wilayas il y avait un grand manque de logements, j’ai entamé les démarches à suivre pour acquérir les terrains domaniaux. J’ai   préparé des dossiers complets auprès des  bureaux d’études.
J’ai déboursé des frais et j’ai préparé trois projets pour la réunion du Comité technique de wilaya (CTW) dont deux dossiers ajournés et le troisième à délocaliser. Pourquoi ? Sur  une parcelle de 2 728,65 m2, il se trouve une petite assiette copropriété de 230,10 m2, malgré que  j’ai défini la limitation de cette assiette avec des techniciens du cadastre pour bien présenter dans ma nouvelle étude ainsi que le plan, comme me l’ont conseillé le président et les membres de la réunion du CTW où j’étais présent deux fois. La troisième réunion, ils m’ont octroyé un avis défavorable pour ce troisième projet. Pourquoi ? Monsieur le Président, dans le courrier que j’ai adressé à votre  service, qui est le bureau du gouvernement, pour les dépôts des plaintes,  ils m’ont demandé de faire un courrier de recours.  Je l’avais fais une fois avant même  de vous écrire ma requête et pendant l’année 2008, entre les mois de mai et juillet, deux courriers ont été adressés au wali de Aïn Témouchent pour une demande d’audience.  Aucune réponse ne m’a été donnée jusqu’à ce que  je sollicite le protocole du wali pour avoir un rendez-vous le 5/01/2009. À la fin, j’ai entendu le Wali  me dire qu’il fallait venir me voir avant pour avoir un avis favorable pour ce dossier de LSP de la cité Moulay Abdelkader à Aïn Témouchent. Malheureusement, c’était fini pour le quota de l’État du plan quinquennal 2004/2009. C’était trop tard pour moi, suivant la version de Monsieur le wali, et pour mes problèmes des retards de payement de mes factures, j’attends toujours jusqu’à maintenant.
Un autre terrain qui a une petite assiette copropriétaire a été attribué à un promoteur, toujours à Aïn Témouchent. Pourquoi pas moi, un émigré ? J’ai abandonné mon entreprise en France et je suis venu investir dans mon pays où j’étais rejeté par mes compatriotes. Depuis que j’ai ouvert mon entreprise, je n’ai eu que des problèmes de payement avec pas mal d’organismes d’État, des factures qui datent de deux ans et plus. Malgré tous ces obstacles, je n’ai pas baissé les bras. J’ai envoyé le 19/01/09 deux fax.
Un pour le président de la République, un deuxième au Premier ministre n° fax : 021/73/61/18  et le 09/02/09. Deux autres fax: un à monsieur Hadh Kandile, le chef cabinet de la présidence, au n° de fax 021/23/09/62, et le deuxième à Monsieur le chef de cabinet du Premier ministre au 021/71/79/27 et le 12/05/09. J’ai faxé au n°21/44/99/59 à Monsieur le ministre de la Solidarité et de l’émigration dont je dépends, en écoutant son interview dans l’émission El Mountada ENTV que notre ministre me répondra au courant de la semaine. J’attends toujours et j’espère que quelqu’un pourra m’aider a résoudre mes problèmes. Je n’arrête pas d’écrire des lettres pour me plaindre. Je me  suis même déplacé à trois reprises  à Alger au bureau du gouvernement, service des plaintes en 2007, aucune réponse.
Depuis décembre 2006, je ne cesse de me battre pour régler mes problèmes, en vain, Je n’ai pas trouvé d’issue pour m’en sortir.

Partager cet article

Repost 0
Published by omar - dans sidi-ali
commenter cet article

commentaires